3 mars 2009

Festival du greenwashing

Green Fashion Festival


Parlons tout d'abord du lieu.

(Et là je me permets de faire une grosse parenthèse pour commencer. Tout au long de cette journée, je n'ai pu m'empêcher de faire des comparaisons avec la seule autre "foire bio" que je connaisse, le marché bio de Saignelégier. Ce marché a lieu chaque année lors du week-end du Jeûne Fédéral, à Saignelégier, dans le canton du Jura. Cette manifestation en est à sa xxème édition, j'y vais depuis 10 ans environ presque chaque année, et j'adore ça. Situé dans et autour de l'immense Halle du Marché-Concours, le marché déploie des miriades de petits stands d'artisanats et de nourriture, des expos, des animations, un restaurant... On se balade entre des hordes d'enfants qui courent partout, le fumet des épis de maïs qui grillent dans des fourneaux à bois et des soupes aux pois, on déguste de délicieux fromages bio de la région, on peut acheter ses graines pour la saison potagère prochaine, on se pose un moment autour l'une des grandes tables où l'on finit toujours par faire connaissance avec son voisin, et le tout dans une ambiance bon enfant, sincère, sans prise de tête et pourtant très sérieuse du point de vue respect de l'environnement. Bref, j'adore! Juste pour vous situez ma "base" de comparaison...)

La partie stands de la foire était située au premier étage du Palais des Congrès de Bâle, en pleine ville. Ça ne me dérange absolument pas, je trouve même que ramener ce genre de manifestation en milieu urbain peut être tout à fait bénéfique. J'ai trouvé par contre dommage que cette partie soit à ce point séparée de la partie "exposition d'animaux de ferme/espèces menacées" et tente-restaurant se trouvant elle à l'extérieur, un étage plus bas. Cette salle n'était pas immense, et j'ai trouvé que la foire était assez petite, peu d'exposants... (une trentaine peut-être? Je n'ai pas compté). Deux sortes de stands: commerciaux et d'informations (où personne n'essayait de vous vendre qqch... normalement...). Et au milieu de tout ça, un lounge meublé par Ikea avec un bar vendant de la "petite restauration" bio de Coop... Le tout bien suremballé dans une tonne d'emballages plastiques, hum hum...

Je suis passée devant tous les stands mais ne me suis pas forcément attardée vers chacun d'entre eux. En vrac, quelques impressions:

- Haut le cœur devant le stand Lush... Je repère déjà les boutiques en ville à des kilomètres à cause du mélange d'odeurs écœurantes, heureusement là le choix était réduit mais les odeurs toujours très présentes. Plein de gentils vendeurs/ses "djeunes" piercés-tatoués-stylés déployant des trésors de persuasion pour vanter leurs cosmétiques "naturelles". Hum hum... Le seul bon point que je donnerais à Lush serait qu'ils luttent effectivement contre le suremballage. Le reste...

- J'ai lu presque tous les panneaux de l'exposition sur les grands prédateurs de l'association des chasseurs de Suisse. Franchement, trouver autant d'arguments pour pouvoir justifier l'abattage de loups, d'ours et de lynx, j'ai trouvé ça écœurant, une fois encore. Et j'ai l'impression qu'ils prenaient les visiteurs pour des imbéciles... Par exemple, ils parlaient de ces trois espèces comme si des centaines d'individus peuplaient à nouveau la Suisse. Or il me semble que si l'on a aperçu 2 ours dans les Grisons l'année dernière, c'est déjà pas mal...

- Le stand du Parc National des Grisons était très chouette, avec un métier à tisser en démonstration, et des produits fabriqués là-bas (tartes aux noix, pains aux poires, viande séchées). Mais il ne me semble pas qu'ils étaient forcément bios...

- Le stand Weleda: une bonne partie de l'assortiment cosmétique était exposé et en vente, une action spéciale pour la foire donnait droit à une bouteille de sirop de bouleau pour tout achat. Une vendeuse s'est approchée de moi, pas aggressive, elle à fait l'effort de parler en anglais et en français et n'a pas du tout cherché à me vendre qqch. Au contraire, je lui ai dit que je cherchais un produit pour le coin vers mon œil droit (j'ai une espèce d'irritation qui ne veut pas partir depuis deux mois, c'est soûlant), elle m'a dit qu'il lui était arrivé la même chose et que pour elle s'était parti avec du Bepanthen. Comme quoi!

- Incompréhension devant le stand de lentilles et objectifs Swarowski. Mais qu'est-ce qu'ils faisaient là eux?

- Je me suis arrêtée un moment devant le stand de Swiss Fair Trade. J'ai tout d'abord demandé en quoi consistait exactement cette association. Une dame m'a répondu vaguement en allemand, puis à essayé de me vendre un CD audio en suisse-allemand pour enfants, sur une banane qui raconte à un gamin son histoire... ?! Je précise que je venais de dire à cette dame que je ne comprenais pas le suisse-allemand. Elle était très gentille, mais n'arrivait pas vraiment à répondre à mes questions, elle n'avait pas l'air très au courant des activités de l'association en fait... Heureusement, une jeune fille s'est approchée, qui parlait très bien français, et j'ai pu avoir quelques réponses à mes questions... En gros, elle m'a résumé ce qui se trouve sur leur site. Swiss Fair Trade est une association suisse qui réunis les acteurs du commerce équitable en Suisse. Puis je lui ai demandé si cette association contrôlait ses membres. Réponse: non. Mais qui les contrôle alors? Réponse: ils font de l'autocontrôle, ou se contrôlent entre eux. Mouais... Je lui ai demandé si on pouvait leur faire confiance, parce qu'après avoir lu certains articles, je me méfie des ses labels. Elle me dit comme ça, que évidemment les grands labels (genre M*x Havel**r) sont devenus de tellement grosses structures qu'ils ne peuvent plus tout contrôler, et qu'il faudrait peut-être préférer les plus petits labels. Purée. C'est quand-même un comble non?

Je dois dire que je rêve du jour où le commerce équitable et la culture de fibres naturelles bio sera la norme... Ce sera quand-même normal, non?

Un dernier mot peut-être sur le fameux défilé... J'ai été très déçue dans l'ensemble. Il y avait bien quelques petites perles, mais elles étaient un peu perdues dans le tout. Les points forts:

- Peter + Müller
- Simo
- Tous les modèles n'avaient pas forcément l'air de ne convenir qu'aux néo-babas (comprenez par là qu'il n'y avait pas que des couleurs vert/orange/rouge/jaune en laine qui gratte et en lin informe)
- Les sous-vêtements Icebreaker avaient l'air ultra confortable et sont très beaux!
- J'ai pu manger mon sandwich dans la pénombre du public, je crevais de faim!
- Gudrun Sjödèn
- Klein Basel (malheureusement, les tissus utilisés ne sont pas très écologiques... Mais les modèles sont adorables!!!)

Les points faibles:

- Le lieu/décor: en gros, ça se passait sous un escalier, avec un pauvre podium en coin, des taps noirs mal agrafés en fond de scène et des projections totalement amateurs sur un écran...
- La musique: pourquoi faut-il toujours que ce soit du boum-boum???
- Le fait que les mannequins dansent... J'ai toujours eu de la peine avec les défilés dansés. Je trouve ultra kitsch, cucul la praline au possible, et ça n'apporte pas grand chose au schmilblick à mon sens.
- Les modèles de la Fachhochschule de Design de Bâle. Horribles. Je n'en reviens toujours pas. Je crois que si j'avais présenté un truc pareil à mes profs à l'école elles auraient ris. Et elles auraient eu raison.
- L'espèce de mise en scène où un mannequin "jouait" avec les projections, les faisant "apparaître" sur l'écran. Là aussi, hyper cucul.
- La longueur. 30 minutes quand-même!
- Les projections des "marques" n'étaient pas en phase avec les modèles sur le podium. Du coup il y a des belles choses sur lesquelles je n'ai pas pu mettre de nom!!!
- Le fait de mélanger des petits créateurs "de proximité" mais n'ayant rien de bio ni équitable (Claudia Guedel) avec d'autres allant jusqu'au bout de la démarche (PeterMüller et Simo par ex.), et encore au milieu de tout ça de "grandes marques" comme Switcher ou Coop Naturaline...
- L'éclairage

Voilà, désolée pour l'attente et surtout pour ce looooooong billet assez indigeste peut-être... Mais je ne pouvais pas passer tout cela sous silence! Et vous, qu'est-ce qui vous a énervé ou émerveillé récemment?

Je vais revenir à des créations, alors restez branchés!

3 commentaires:

Esther a dit…

J'avais longuement hésité de m'y rendre également...
Et finalement, non car Lausanne-Bâle ça fait quand même un bout de route.
Mais avoir lu ton résumé, je n'ai vraiment plus aucun regret!!

Ce qui m'a énerve récemment?
La ville de Lausanne se dit prêt à faire des efforts pour faciliter le tris des déchets des particuliers. Et par flemme de venir le vider 2 fois par semaine,
ils ont supprimé le container de tris sélectif du coin de la rue.

Fée La Photo a dit…

les photos de mode on l'air fort sympa!

pour ma part je n'y avais même pas entendu parlé.

et pour continuer dans la veine d'Esther: ce qui m'énerve en ce moment (peut être tout le temps) ces les magasins qui propose des fruits-légumes qui ne sont aucunement de saison, mais par dessus tout c'est des légumes de saisons qu'on trouve en suisse mais qui ne viennent pas de suisse et cela me donne envie de crier dans les magasins. grrrrrr

nadia a dit…

dis-donc, le marché bio de saignelégier je connais bien, on y tient un stand (dehors) depuis 10 ans... cette année je pense que je ne serai "que" visiteuse because little baby dans l'écharpe ;) mais mon mari et son frère seront fidèles comme d'hab...
... ça serait peut-être l'occasion de s'y croiser ?